Regard sur la photo de mariage.

 

entre Hopper et Doisneau au château de Preich
Une photo de mariage aux couleurs improbables dans une scène de mariage à Preich.

Il y a des personnages qui m’accompagnent souvent dans mes reportages.Ils sont toujours là pour me donner l’inspiration et cet éclair qui jaillit dans mon univers d’artisan photographe.

Deux immenses talents du XXe siècle: un américain et un français.

Le premier est un peintre réaliste fasciné par les paysages urbains avec un sens de la composition et la lumière très photographique.

Le second fixe d’ indémodables scènes de rues où l’humour et la poésie remplissent le cadre malicieux de son Rolleiflex.

Influencés par le cinéma ou l’inverse ,Edward Hopper et Robert Doisneau semblent avoir précipité ce cadrage et ces couleurs dans ce regard pathétique sur cette scène de mariage au château de Preich.

« L’existence n’est certes pas gaie, mais il nous reste l’humour, cette espèce de cachette où l’on jugule l’émotion ressentie.  L’humour c’est une forme de pudeur, une façon de ne pas déranger les choses, de les aborder avec délicatesse, en donnant un clin d’œil. L’humour est à la fois masque et discrétion, un abri où l’on se cache. Suggérer d’un touche légère ou badine, sans avoir l’air d’y toucher, mais on l’a dit quand même… » Robert Doisneau

Edward Hopper expose au Grand Palais.

Mariage de Melinda et Christian au Château de Preich

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.