Vivre longtemps et rester en bonne santé

 

Quelques temps avant le confinement général qui m’oblige à rester visser dans mon antre,  j’ai pu partager un moment exceptionnel et particulier avec la famille de cette magnifique Dame.

Fille de Justino et Serafina, Graziella est née le 8 mars 1919 de l’autre côté des Alpes, dans un charmant village comme on en trouve beaucoup dans les Abruzzes. C’est certainement la plus charmante fille du village (voir la photo), et Salvatore ne reste pas indifférent à cette créature du bon dieu, la suite vous l’imaginez: Salvatore et Graziella se marient en 1942. 4 enfants, 4 beaux garçons viendront illuminer le bonheur de cette famille qui a quitté les contours du Gran Sasso pour nos cités d’acier, de feu et de sueur.

La famille s’est agrandie, petits-enfants, arrière-petits enfants, Graziella vit entourée des siens, depuis que Salvatore l’a quittée trop tôt, il y a un quart de siècle… La vie continue, Graziella est toujours aussi belle, remplie de sourires magnétiques et de souvenirs profonds.

Quelle chance pour ses enfants et sa famille de la voir rire et chanter. Parfois en regardant ses portraits, je repense à ma grand-mère maternelle, une douce ressemblance qui me touche…

 

L’œuvre du temps

« Le temps de fabriquer des souvenirs »: on peut dire que la centenaire a eu ce privilège. Son secret, c’est peux-être, le bonheur et sa famille qui l’entourent avec soin et amour, comme j’ai pu le constater pendant cette journée d’agapes et de retrouvailles.

J’aime les photos de familles, c’est un peu mon ADN, ces valeurs, c’est aussi l’histoire de notre studio photo centenaire lui aussi.

Graziella était la vedette de cette journée,  j’ai remarqué que le panneau avec l’histoire et les photos de famille était aussi un centre d’intérêt pour tous les invités! On vous le dit: faites des photos, et surtout, pensez à les imprimer.

Comme le disait Oliviero Toscani (photographe anticonformiste des campagnes Benetton) que j’ai rencontré aux Rencontres d’Arles en 1998*: « Je suis dans une arène,vous allez voir, les lions vont sortir! » L’œuvre du photographe italien restera controversée, mais je me souviens de cette phrase:  » Une photographie existe seulement quand elle est imprimée, alors sa vie peut commencer… »

La famille de Graziella qui m’a accueilli comme de la famille, qu’elle en soit remerciée. Aujourd’hui, les nouvelles de Graziella sont bonnes…

Prenez soin d’elle et de vous !

 

ps: Toscani; en parlant de nouvelles technologies (numérique, internet…) « Ce n’est rien d’autre que de l’électroménager, la technologie ne répondra jamais aux questions de créativité.«  c’est dit !

*1998 :  année de l’expo extatique de David Lachapelle, et Cindy Scherman (comme d’habitude).

 

 

 

 

 

 

 

Quand 2 centenaires se rencontrent

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.