Un portrait pro qui fait la différence.

Jo-Anne et Thomas sont venus au studio pour réaliser des portraits pour promouvoir le lancement de leur nouvelle société: Hymera, un nouveau concept autour du parfum, du luxe, du voyage et de la bougie.

Aujourd’hui toutes les sociétés d’avocats, assurances, mais aussi les indépendants confient leur portait à un photographe professionnel qui saura mettre en valeur votre identité et votre personnalité.

L’expression corporelle, le sourire et le regard sont immédiatement identifiés des la première milliseconde.  Cette première impression donnera confiance aux visiteurs de votre site internet en vous plaçant devant les autres compétiteurs.

 

Tout est question de perception,

alors attention de ne pas tricher ! La pression sociale est sévère, de même que notre propre image projetée dans le miroir.

 

Se sentir à l’aise, invincible.

En préparant un peu la séance avec nos conseils, laissez vous guider jusqu’à que vous soyez en confiance… Chaque séance est différente: son intensité et sa durée peuvent varier. On s’arrête quand la mission est accomplie…

Ensuite vous pourrez visualiser dans notre espace toutes les photos sélectionnées avec les différentes tenues vestimentaires.

Pensez à prévoir plusieurs tenues différentes,  car quand vous en aurez besoin, (et c’est souvent en urgence) d’une photo pour illustrer un article, c’est bien d’avoir du choix et des photos récentes.

Mais…

Ne soyez pas trop sérieux ou sévère: on préfère travailler avec des gens cool, accessibles.

Adopter une tenue adaptée, des matières de qualité, bien taillées: un vêtement un peu usé, c’est pas top, sauf si vous êtes Robinson Crusoé !

Éviter les matières un peu transparentes pour madame. Cela arrive souvent avec un sous-pull noir !

Gardons des choses simples, essentielles  un arrière-plan: blanc, gris,  et des tenues unies.

 

 

 

 

 

 



Une pandémie.

L’organisation mondiale de la santé et le gouvernement lancent un appel sans précédent pour enrayer le COVID-19.

Arrêter le temps avant ma quarantaine.

Quand j’ai commencé cette série d’images sur Luxembourg, un sentiment particulier commençait à se propager dans mon esprit. Quelques chose pouvait changer, mais quoi ? Rien de concret, quand j’ai commencé cette série  le 27 février, juste un sentiment de solitude et de mélancolie lors de mes sorties en ville.

Habituellement mes sujets se concentrent sur l’élément humain, et ma passion  pour le reportage. Dans ces images, l’humain n’est pas le centre d’intérêt, parfois qu’un  accessoire dans le décor, une forme de retrait ou de distanciation sociale.

Isolement et solitude.

Peur de ce monde devenu différent ou la relation sociale se réduit au fur et à mesure que le confinement augmente ?  je ne sais pas !

J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser cette série, mais j’aimerais ne pas revivre chaque jour la même journée comme dans le film de la Marmotte. Je reste donc à l’écart de mes contacts et clients dans un esprit fraternel et solidaire en écoutant les consignes.

Notre studio comme des nombreux secteurs de l’artisanat,  du commerce, des indépendants etc… restera donc fermé jusqu’à nouvel ordre.

Une pensée pour ceux et celles qui sont en premières lignes pour affronter ce monstre, et pour les autres qui sont vissés dans leurs appartements, et qui ne sont pas considérés comme « utiles à la vie de la nation ».

Soyons disciplinés et n’ayons pas peur.

 

 

 

Un oiseau figé dans le ciel au dessus de la Pétrusse. Boulevard de la Liberté.

Sur la route du futur Tram, le temps s’est arrêté.

Échappée. Un homme pressé. Quartier Rotondeq derrière la Gare.

No Time to Die